François Birbaum & Marguerite Duperthuis : une œuvre à quatre mains

dès le 10 mai

 

Frants Petrovitch Birbaum a été le bras droit de Carl Fabergé, le premier maître et le designer en chef de la firme du joaillier des tsars, avant de se laisser séduire - comme bien des artistes - par la Révolution d'Octobre à Pétrograd (Saint-Pétersbourg). Il a ainsi fait partie de plusieurs "soviets" avant d'être arrêté par la Tchéka, la police bolchévique. Devenu un paria il fut contraint de s'exiler. C'est sur le dernier convoi organisé par la Croix-Rouge qu'il a rencontré Marguerite Duperthuis et sa mère.

Elles quittaient comme lui la Russie, en mai 1920, pour rentrer dans leur terre d'origine, la Suisse. Alors que François Birbaum est en pleine dépression, ils vont se revoir durant un été au-dessus de Corbeyrier (VD), avant de se marier et de vivre ensemble un quart de siècle, jusqu'à la disparition de Birbaum en 1947. Marguerite Duperthuis est décédée en 1962 à Troistorrents (VS).

Au sein de ce couple d'artistes, le meneur est incontestablement Birbaum, qui fut l'élève du paysagiste lvan Schischkine à l'lnstitut impérial pour l'encouragement des arts. Mais Marguerite Duperthuis a, elle aussi, un bagage artistique acquis à Paris. A eux deux, ils ont documenté le Chablais avant les grandes améliorations foncières et avant les constructions de la seconde moitié du 20e siècle. Et surtout dit leur amour de I’instant dans ce Chablais qui les inondait de beauté, de la plus humble fleur des champs au monde glacé et minéral des Alpes vaudoises et valaisannes.

Avec le soutien de :